Logo 20 minutes CPA

Le principe du juste à temps … toujours dans l’air du temps?

Par Daniel Valois, CPA, CA, CF, MBA


L’imprévisibilité du 21e siècle remet en question le vieux dicton voulant que le passé soit garant du futur. L’avenir est moins prévisible, ainsi la capacité d’adaptation l’emporte sur celle de planification. L’esprit critique est donc de mise lorsque vient le temps de choisir les méthodes de gestion du fonds de roulement, car ce qui s’avérait jadis une méthode infaillible est peut-être désormais une pratique dangereuse. Cet article a pour objectif d’initier une réflexion relativement au principe du juste à temps.

Simplement résumé, le juste à temps est une méthode visant la planification de son approvisionnement de manière à réduire son inventaire et ainsi éviter des coûts liés à la désuétude, à l’entreposage ainsi qu’au financement du fonds de roulement. Bien qu’à première vue cette tactique puisse sembler logique, il ne faut pas perdre de vue qu’elle n’est pas sans danger. Sans s’y restreindre, elle implique une augmentation du risque de rupture d’approvisionnement.  

Mentionnons d’abord la possibilité qu’une mauvaise prévision de la demande puisse impliquer une sous-estimation des achats nécessaires. Vous comprendrez que plus l’environnement d’affaires est incertain, plus il pourrait s’avérer pratiquement impossible de réaliser avec justesse ce genre de prédiction. De plus, le commerce en ligne et l’ouverture des marchés internationaux ont augmenté l’importance de la disponibilité rapide aux yeux des clients. En ce sens, le fait de ne pas pouvoir répondre à la demande pourrait s’avérer plus lourd de conséquences qu’auparavant. 

Le risque pourrait également se matérialiser à travers l’incapacité d’un fournisseur de répondre à ses exigences de livraison. Rappelons que l’application du juste à temps implique une plus grande dépendance envers vos fournisseurs. Les restrictions commerciales entraînées par la COVID-19 ont démontré les impacts significatifs que peut avoir une trop grande dépendance envers la capacité de production de certains fournisseurs critiques.

Bien que les impacts de ces risques soient significatifs, la stabilité commerciale du passé faisait en sorte que leur probabilité d’occurrence semblait faible. En contrepartie, l’environnement économique actuel est volatile, incertain, complexe et ambigu. Par le fait même, ces risques sont plus susceptibles de se concrétiser.

Au-delà des éléments mentionnés précédemment, il est également important de rappeler que le principe du juste à temps a été développé à une époque où les taux d’intérêt étaient significativement supérieurs à ceux observés aujourd’hui. En ce sens, la perte de profit causée par une utilisation plus importante de la marge de crédit est beaucoup moins importante que par le passé.  

En résumé, les questions à se poser sont :

  • Votre marché est-il suffisamment stable pour prédire adéquatement la demande?
  • Est-ce que le coût d’intérêt lié au maintien d’un inventaire plus élevé est supérieur aux conséquences liées au risque de rupture d’approvisionnement?

Si vous avez répondu par la négative aux questions précédentes, il pourrait être préférable d’agir en opposition aux principes du juste à temps en :  

  • Révisant à la hausse votre niveau d’inventaire;
  • Augmentant de manière proactive le montant disponible du crédit à court terme (marge de crédit).