Logo 20 minutes CPA

Lexique comptable : 11 termes pour vous aider à vous y retrouver

Par Éric Préville, CPA, CMA 
 

Actif : Ce sont les biens qu’une organisation possède. Ainsi, les actifs peuvent être tangibles, comme un équipement de machinerie, ou intangibles, comme un brevet. Ils sont séparés en deux catégories dans le bilan : les actifs à court terme (actifs courants) et ceux à long terme. L’actif à court terme est constitué généralement de l’encaisse, des comptes débiteurs, des frais payés d’avance et des stocks . Ces éléments représentent la partie positive du fonds de roulement de l’entreprise. Ce sont aussi des éléments qui sont convertibles en liquidités pour exploiter l’entreprise. L’actif à long terme quant à lui est constitué des équipements, des véhicules, des immeubles et des autres biens de l’entreprise qui peuvent générer de la valeur au-delà d’une année.

Bilan : Dans les états financiers,  le bilan indique les actifs, les passifs et les capitaux propres de l’entreprise à un moment donné, habituellement la journée de la fin de l’année financière de l’entreprise. Le bilan est donc une photo à une date précise. Le bilan permet ainsi de comprendre ce que l’entreprise possède, ce qu’elle doit et combien d’argent a été investi par les actionnaires. En résumé : actifs = passifs + capitaux propres.

Bénéfice net : Il représente le profit de l’entreprise ou la rentabilité nette et donc la raison même pour laquelle une entreprise fait des affaires. Lorsque l’on exprime le bénéfice net en pourcentage des revenus , cela permet de comprendre comment chaque dollar gagné se transforme en profit. 

Budget : C’est un outil de comptabilité de gestion pour planifier le futur à partir des données historiques de l’organisation. Il est souvent présenté mensuellement et comparativement aux données réelles. C’est une représentation dans le futur de l’état des résultats. Évidemment, il n’y a jamais de budget certifié par un CPA puisque c’est un outil prédictif.

Budget de caisse : Aussi communément appelé « cash flow » ou « budget de trésorerie », il est souvent élaboré sur une courte période (mensuellement ou hebdomadairement). Il permet de faire ressortir les encaissements et les décaissements réels de l’organisation. Cet outil permet de confirmer si l’entreprise peut faire face à ses obligations pécuniaires ou de déterminer le montant de marge de crédit d’exploitation  nécessaire. C’est un outil indispensable pour prévoir ses besoins de liquidités!  

Capitaux propres : Il s’agit de la valeur nette de l’entreprise et ils permettent de constater combien les propriétaires et actionnaires ont investi au fil du temps. On y retrouve les actions ordinaires et privilégiées ainsi que les bénéfices non répartis, soit les gains conservés annuellement. Il est intéressant de comparer ce que les actionnaires et les créanciers détiennent pour ainsi comprendre la stabilité financière de l’entreprise. 

Comptabilité : C’est le système d’organisation des données financières d’une entreprise. Il y a un ensemble de normes à respecter pour pouvoir reproduire des données comparables et représentatives. La comptabilité d’exercice est la méthode de comptabilisation généralement reconnue au Canada. Contrairement à la comptabilité de caisse qui est basée sur les sorties et les entrées d’argent, la comptabilité d’exercice permet de constater les revenus lors de la facturation et les dépenses lors de la réception du bien ou du service. 

États financiers : C’est un rapport regroupant le bilan, l’état des résultats, l’état de l’évolution de la situation financière et des notes. C’est le bulletin de l’entreprise qui permet de voir sa progression et de se comparer en démontrant la situation financière actuelle de l’organisation. Les normes internationales d’information financière (NIIF) doivent être utilisées pour préparer les états financiers de toutes entreprises cotées en bourse au Canada, alors que les entreprises privées peuvent les adopter ou utiliser les normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF ). 

État des résultats : Faisant partie des états financiers, l’état des résultats indique les ventes et les dépenses de l’entreprise et démontre ainsi la rentabilité d’une entreprise sur une période d’un an en général. Normalement pour une bonne lecture, les éléments distincts doivent apparaître : les ventes, le coût des ventes, la marge bénéficiaire brute, les dépenses (administratives, de ventes et financières) et le bénéfice net. 

Marge bénéficiaire brute : C’est l’excédent des ventes sur le coût des produits ou des services vendus. Les termes « marge brute », « marge de profit brute » ou encore « gross margin » sont aussi régulièrement employés. Ce profit sert à couvrir les frais indirects, tels que les frais d’administration ou les frais financiers de l’entreprise. 

Passif : Le passif équivaut aux dus de l’organisation et est divisé, tout comme l’actif, en deux catégories, soit en passif à court terme et en passif à long terme. À court terme, on retrouve, entre autres, la marge de crédit, les comptes fournisseurs et le versement de la dette devant être fait  dans la prochaine année. Ces éléments représentent ainsi la partie négative du fonds de roulement de l’entreprise et sont donc tous exigibles à court terme.  Le passif à long terme est constitué principalement de la dette bancaire de l’entreprise ou de dus payables au-delà de 12 mois.